Les 5 maladresses du vidéaste débutant

15 avril 2013

Actualités, Astuce

Opt In Image
Inscrivez-vous !

Devenez membre privilégié de ce blog et accédez à des conseils exclusifs,  tutoriaux, vidéos et recevez en cadeau le Guide SuperVidéaste des "10 meilleures pratiques pour BOOSTER votre audience sur YouTube".

Vos coordonnées ne seront jamais revendues ni partagées. Nous respectons votre vie privée. 

Si vous voulez progresser rapidement, voici 5 maladresses classiques du vidéaste débutant à éviter absolument :

 N°1 : l’ absence de vérification du matériel 

C’est un évidence mais si vous partez en reportage vous n’aurez pas à toujours à disposition de quoi recharger votre camescope. Et si c’était le cas, pouvez-vous vous permettre d’attendre une heure de chargement ? Dès l’acquisition de votre camescope, équipez-vous donc d’une deuxième batterie que vous aurez au préalable elle aussi rechargée et vous vous éviterez bien des déconvenues. Idem pour le support (cassette pu carte mémoire). Prévoyez toujours d’avoir des supports vierge à disposition. Il serait dommage de passer à côté de ce superbe coucher de soleil parce qu’il ne vous reste que 1 minutes de temps disponible. Si vous avez un téléphone mobile, regardez combien il vous reste en mémoire. Faites une check-list avant de partir, vérifiez bien votre matériel. Vous serez ainsi guéri de l’ « improvisite » et aurez l’esprit beaucoup plus tranquille pour vos concentrer sur vos prises.

N°2 : l’usage immodéré du zoom 

Combien de vidéos amateur massacrées par des allées et venues incessante sur le sujet avec le zoom ? Regardez attentivement toutes les images professionnelles (TV, Cinéma) et vous constaterez que sauf exception particulièrement volontaire le zoom n’est jamais est employé. Le zoom vous permet de vous rapprocher du sujet entre deux prises, d’obtenir un nouveau cadrage, de jouer sur la profondeur de champ, mais pas en cours de prise. Cessez donc de zoomer en filmant et votre film au final aura un tout autre rendu !

N°3 : l’absence de stabilisation 

Il est évidemment recommandé si vous voulez « professionnaliser » vos prises de vous équiper d’un trépied. Mais vous n’aurez pas toujours la possibilité d’embarquer avec vous ce matériel encombrant. Les camescopes sont équipés de systèmes de stabilisation de plus en plus perfectionnés (attention, pas les téléphones mobiles!) mais cela ne doit pas vous empêcher de porter beaucoup d’attention à la stabilité de vos plans. Avec les images HD et des écrans de plus en plus grand, le seuil de tolérance de votre public est de plus en plus limité. Campez bien sur vos deux jambes, callez bien vos doigts sur les commandes du camescope, trouvez un support sur lequel vous appuyer et stabilisez bien votre camescope avec le coude sur votre poitrine. En ayant déjà à l’esprit ces quelques règles, vous devriez là aussi voir votre tremblote fortement se réduire.

Maladie N°4 : des plans trop longs au montage 

Des plans d’une longueur interminable lasseront quasi-instantanément votre public, et même le vidéaste amateur lui-même au delà de la deuxième fois (sauf 10 ans plus tardé peut-être, à titre anecdotique). Faites court et rythmé. Limitez donc la durée de vos plans et variez ceux-ci au montage. Prenez du recul et demandez-vous si en regardant votre film vous éprouvez du plaisir. A quel moment l’ennui s’installe ? Soyez critique envers vous-même, rêvez votre reportage en grand et en cinémascope !

Maladie N°5 : des transitions trop kitsch

La plupart des logiciels de montage comportent une grand variété d’effets de transition : fondu, cube, goutte d’eau…Une fois la boite de bonbons ouverte il est tentant d’y gouter et de multiplier les effets de transitions entre les plans… Malheureusement ces effets peuvent rapidement tourner au kitsch et lasser votre public. Il n’existe que deux effets de transition majeurs chez les professionnels et vous devriez vous en tenir à eux : le fondu (enchâiné, au blanc, au noir), et…la coupe franche ! Encore une fois, observez tous les films, long comme court et portez votre attention aux transitions. La sobriété des transition valorise les images et l’histoire.

En résumé de cet article, voici les conseils à retenir pour éviter ces 5 maladresses :

    • S’équiper d’une deuxième batterie
    • Vérifier avant de partir ques les batteries sont bien chargées
    • Avoir toujours des supports vierge à disposition
    • Ne pas zoomer en filmant
    • Bien se stabiliser avant de filmer
    • Au montage, varier les plans courts
    • Limiter les transitions aux fondus et aux coupes franches

photo credit: Poster Boy NYC via photopin cc

 

Opt In Image
Inscrivez-vous !

Devenez membre privilégié de ce blog et accédez à des conseils exclusifs,  tutoriaux, vidéos et recevez en cadeau le Guide SuperVidéaste des "10 meilleures pratiques pour BOOSTER votre audience sur YouTube".

Vos coordonnées ne seront jamais revendues ni partagées. Nous respectons votre vie privée. 

, ,